Menu

Faire des bibliothèques des lieux de proximité et du vivre ensemble : une ambition commune - Conseil départemental des YvelinesConseil départemental des Yvelines   logo_yvelines

Faire des bibliothèques des lieux de proximité et du vivre ensemble : une ambition commune

17 juillet 2018

Chiffres clés sur la lecture publique dans les Yvelines.

Chiffres clés sur la lecture publique dans les Yvelines.

Les évolutions de la politique départementale pour la lecture publique et plusieurs initiatives locales pour le livre et la lecture montrent que les Yvelines s’inscrivent déjà dans de nombreuses propositions du rapport Orsenna. Faire des bibliothèques des lieux de proximité et de citoyenneté en misant sur le vivre ensemble par la mutualisation des espaces et des services est une ambition commune et partagée par le Département et l’Etat.

Améliorer l’accès à la lecture pour des publics prioritaires

La mission attribuée à Erik Orsenna par le gouvernement a permis un certain coup de projecteur national sur l’importance de la lecture et des bibliothèques. Au-delà de la question des horaires d’ouvertures, qui a certes focalisé l’attention, c’est de l’accès à la culture pour tous dont il est, au fond, vraiment question. Les bibliothèques étant pour les auteurs du rapport « les outils inestimables pour lutter contre toutes les fractures, la fracture culturelle, la fracture sociale, la fracture sociétale et la fracture numérique. »

C’est également un des enjeux de l’action départementale de faciliter l’accès aux livres et à la lecture pour les publics les plus éloignés des structures culturelles : petite enfance, adolescents (notamment les collégiens), habitants en zone rurale ou dans des quartiers prioritaires, personnes âgées ou en situation de handicap, etc. Les auteurs du rapport proposent notamment de « renforcer les efforts pour améliorer l’accessibilité et l’investissement en ordinateurs adaptés aux déficiences visuelles et auditives » (proposition n°15). Le Département a ainsi soutenu le projet de la commune de Marly-le-Roi d’équiper sa bibliothèque en matériels adaptés aux déficients visuels et auditifs : lecteur Daisy, boucle sonore, ordinateurs dédiés. De son côté, la bibliothèque de Vélizy-Villacoublay a inscrit l’accessibilité comme un des axes de son projet de service, se traduisant par un fonds documentaire regroupant des livres audio au format Daisy, des lecteurs Victor en partenariat avec l’association Valentin Haüy, un agrandisseur numérique et des livres en gros caractères.

Pour des ouvertures de bibliothèques concertées et adaptées

Le Rapport Orsenna invite les bibliothèques à ouvrir mieux en s’organisant dans une logique de fonctionnement en réseau pour que « la liibilité et la régularité des horaires permettent une meilleure appropriation par les usagers, gage d’une meilleure fréquentation. La complémentarité des horaires permet quant à elle de proposer une plus grande amplitude d’accès à l’offre de lecture publique sur un territoire. »

Plusieurs bibliothèques yvelinoises ont déjà engagé cette réflexion concertée sur la complémentarité des horaires, comme les bibliothèques du réseau « Au fil des pages 78 ». D’autres équipements proposent une ouverture souple et adaptée : les usagers de la bibliothèque de La Hauteville peuvent pousser la porte de l’établissement le dimanche matin, la bibliothèque des Mureaux propose une ouverture le dimanche après-midi.

Accompagner les bibliothèques dans un contexte d’évolutions

« Diagnostic, accompagnement, formation, mais parfois bien plus encore : ingénierie ». Issue du rapport, cette phrase illustre en effet le rôle de facilitateur du Département : formations, diagnostics de territoire, conseils et ingénierie (gestion de projet, mise en réseau, création d’une bibliothèque, etc.).

Les auteurs du rapport Orsenna soulignent l’importance des réseaux après leur tour de France des bibliothèques : « Réseaux de bibliothèques bien sûr, mais bien au-delà, nous avons été frappés par leur ouverture et l’importance des partenariats qu’elles nouent : avec tous les acteurs de l’action publique, le monde associatif, les secteurs de l’innovation, voire de l’entreprise. En fait, elles sont à l’image de notre société dans ce qu’elle sait faire de meilleur : un entrelacs de réseaux d’acteurs, qui agissent sur des structures, pour faire vivre des projets. » Le Département favorise ces partenariats, ces coopérations et la dynamique des réseaux.

Afin d’accompagner les bibliothèques à s’organiser en réseau, le Département met notamment à disposition une Ideas Box (créé par Bibliothèques Sans Frontières) pour les communes rurales ou péri-urbaines du Sud Yvelines. Outil de médiation innovant, modulable et facilement transportable, cette structure permet aux bibliothèques de compléter leur offre culturelle pour construire un projet collectif autour d’actions hors-les-murs, et toucher ainsi davantage les publics éloignés.

Aussi, préfigurant la création de maisons de service public culturel annoncée par la Ministre de la Culture, la médiathèque de Freneuse, au nord des Yvelines, a déjà intégré un point Poste depuis juin 2015 permettant aux habitants d’acheter ses timbres ou d’affranchir son courrier. Cette initiative entre pleinement dans l’esprit de la proposition n° 8 qui « envisage, dans le cadre d’un partenariat national et à partir d’une cartographie croisée des implantations de La Poste et des bibliothèques sur le territoire, le développement d’actions communes tant pour le partage de locaux que pour les services (portage de livre, services numériques.) ». Un exemple yvelinois qui pourra gagner à être essaimé dans les territoires.

Enfin, le rapport propose de créer une plateforme pour l’ensemble des personnels, élus et associations concernés par les bibliothèques (préconisation n°18). En bénéficiant des services offerts par LeVivier, les acteurs des Yvelines disposent déjà d’une plateforme numérique d’échange collaborative conçue comme un incubateur de projets culturels. Permettant de rejoindre des communautés d’intérêts, de s’informer sur les actions et projets en cours ou tout simplement de travailler en mode projet, cette plateforme compte aujourd’hui 1000 membres et agit comme facilitateur auprès des acteurs du champ culturel et tout partenaire désireux d’agir dans ce domaine.