Menu

Restauration scolaire : l’équité au cœur de la réforme - Conseil départemental des YvelinesConseil départemental des Yvelines   logo_yvelines

Restauration scolaire : l’équité au cœur de la réforme

4 décembre 2017

La réforme de la restauration scolaire se poursuit. A partir du 1er janvier 2019, elle sera prise en charge par une Société d’économie mixte à opération unique (SEMOP) qui assurera notamment la production et la livraison des repas, l’entretien et le nettoyage des locaux, ainsi que la gestion de l’inscription, de la facturation et des paiements.

Pourquoi cette réforme ?

SEMOP 2Le statu quo n’était pas possible :

 

Mieux comprendre la réforme de la restauration scolaire dans les collèges des Yvelines :

Les buts poursuivis

Cette réforme est une réforme de solidarité sociale, territoriale et familiale.

Les buts poursuivis sont au nombre de cinq :

Pourquoi une société d’économie mixte ?

SEMOP4Deux possibilités s’offraient au Département :

SEMOP3Comment ça marche ?

Cette structure permet à la collectivité d’exercer son contrôle de l’intérieur même du dispositif et en continu et donc d’influer au quotidien sur la gestion.

Au-delà de la gestion, elle permet à la collectivité de veiller à la prise en compte effective des objectifs qualitatifs assignés, en particulier le recours à la production locale et un recours important à l’emploi d’insertion.

 Qu’est-ce que cela change pour les familles ?

La restauration scolaire s’inscrivant dans le cadre d’un projet pédagogique global, il apparaît nécessaire d’associer l’ensemble de la communauté éducative pour épauler les collégiens et leurs familles au quotidien.

La réforme apportera :

Qu’est-ce que cela change pour les principaux et les gestionnaires ?

SEMOP1Le rôle des gestionnaires sera nécessairement reconfiguré par rapport à leur périmètre d’intervention actuel. En effet, les agents ayant rejoint la SEMOP seront sous l’autorité fonctionnelle de la SEMOP et non du principal ou du gestionnaire.

L’autorité hiérarchique sera :

Les réunions du groupe de travail sur le cahier des charges ainsi que l’enquête conduite par la DEJ sur les modes d’inscription et de facturation devraient permettre d’identifier les points sur lesquels il sera indispensable de prévoir une articulation avec le gestionnaire (prise en charge des situations sociales compliquées, surveillance des élèves durant la pause méridienne, etc.).

Mieux comprendre la réforme de la restauration scolaire dans les collèges